4.10.2015

PM10

8h00 le réveil sonne (oui je bosse dans la comm’), douche, thé, tartines, le tout plus ou moins amorphe selon les jours, puis le fameux « Qu’est-ce-que je mets ? » en ouvrant la fenêtre et les volets pour respirer ce bon air frais de Paris.


Ça pique un peu.

Arrivé au printemps, le pollen et la pollution font combat commun pour nous ravager les narines, la gorge et les yeux. Le pollen c’est la nature, on s’incline.
Mais la pollution, on râle, on tousse, on dit que c’est un scandale, alors on alterne la circulation. Mais pas plus de 2 jours sinon on râle.




(Ne me demandez pas de compter tout ce que j'ai pu respirer comme polluants depuis 30 ans)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire